_

Une petite question pour tous les gens qui possèdent un chalet : quelle est la différence entre un ours et une moufette? Malheureusement, lorsqu’il est question d’assurance des résidences secondaires, ce n’est pas une blague. Bien que leurs différences physiques soient évidentes – les ours sont gros et effrayants tandis que les moufettes sont petites et puantes – les dommages à votre chalet causés par des ours sont probablement couverts tandis que les dommages par les moufettes ne le sont probablement pas.

Quelle est la morale de l’histoire? Lorsqu’il est question de l’assurance de votre résidence secondaire, il est payant de lire sa police attentivement. Certaines polices comportent des règles qui peuvent vous surprendre (et vous coûter cher à la longue). Jetez un coup d’œil sur les cinq faits méconnus les plus importants sur l’assurance des résidences secondaires dont vous devriez être au courant :

  1. Il vous incombe de prévenir les pertes ou les dommages. Donc si votre bateau est emporté par la marée, tant pis pour vous. Les dommages causés par les éléments étant hors de votre contrôle (et non ce que vous pouvez prévenir) seront fort probablement couverts par votre police. Dans le scénario de l’ours et de la moufette, l’idée est que vous pouvez éviter qu’une petite bête s’introduise dans votre maison en prenant des précautions. Pouvons-nous en dire ainsi d’un ours? Pas vraiment.

  2. Si vous laissez votre chalet sans surveillance pendant une période prolongée, les dommages peuvent ne pas être couverts. Les résidences secondaires doivent être vérifiées régulièrement afin d’assurer leur sécurité et leur protection. En fait, la plupart des compagnies d’assurance prévoient un nombre de jours d’absence maximum avant que la garantie puisse se voir refusée (par exemple, 60 jours). Donc, si vous n’avez pas vérifié votre chalet au cours des mois d’hiver et que le toit s’effondre en raison du poids de la neige, vous aurez peut-être à payer les dépenses de votre poche. C’est parce que si vous aviez vérifié votre résidence au cours d’une période de 60 jours, l’enlèvement de la neige aurait pu prévenir l’effondrement du toit.

    Assurez-vous de vérifier et d’entretenir votre résidence même hors saison afin de pouvoir en profiter pleinement. Et n’oubliez pas de confirmer auprès de votre compagnie d’assurance ou de votre courtier combien de jours la résidence peut être laissée sans surveillance avant l’expiration de votre garantie.

  3. La location de votre chalet peut annuler votre police d’assurance. Prenez garde si vous louez votre humble résidence, car les règles d’assurance à cet effet sont strictes. Bien que vous n’ayez pas nécessairement à payer des primes plus élevées ou à souscrire une assurance des entreprises pour la location occasionnelle de votre résidence secondaire, vous devez en informer votre compagnie d’assurance ou votre courtier. Si vous ne les informez pas et que vos locataires causent des dommages, votre police peut ne pas les couvrir.

  4. Les dommages d’eau, et non l’incendie ou le vol, constituent le type de réclamation d’assurance le plus fréquent. Si vous utilisez l’eau toute l’année, songez à faire installer des alarmes détectant les fluctuations de température et la présence d’eau afin de vous aviser à distance du gel des tuyaux ou des inondations. Si vous fermez votre résidence durant les mois plus froids, n’oubliez pas de vidanger toutes les installations et songez à utiliser une alarme reliée ou à demander à une personne de visiter les lieux lorsque vous êtes absent afin d’éviter les dommages d’eau.

  5. Le vieux bateau qui vous importe peu pourrait vous coûter cher. Même si vous pensez qu’il ne vaut pas la peine de l’assurer contre le vol ou les dommages, une assurance responsabilité est essentielle. Sans elle, si le bateau cause des dommages à quelqu’un ou à quelque chose, vous serez responsable des dommages ou des blessures. Le même principe s’applique aux autres jouets sur votre résidence, comme les VTT et les motoneiges. S’il présente un danger de blessures ou de dommages, il vaudrait mieux l’assurer.

Vous avez toujours des questions quant à l’assurance de votre résidence secondaire? Pour en savoir davantage.